Billy Sunday

Collectif - 25.07.2016

Publication initiale de cet article sur notre premier site.

William Ashley Sunday est né en 1862 dans l'lowa (USA). Il ne connut pas son père, mort au combat peu avant sa naissance. Bien que pauvre, la mère de Billy parvint à garder ses enfants avec elle jusqu'à ce que le plus âgé des trois ait 12 ans. Elle dut alors les envoyer dans un orphelinat militaire. Billy parvint à entrer au collège malgré qu'il n'avait auparavant fréquenté que sporadiquement l'école; mais il n'obtint aucun diplôme. A l'âge de 14 ans, pour gagner de l'argent, il se proposa comme concierge de l'école et dut ainsi parfois se lever à deux heures du matin pour pouvoir accomplir toutes ses tâches.

Billy commença à se distinguer en tant que joueur de base-ball et finit par être engagé par une équipe de Chicago en 1883. Sunday devint un «héros» du base-ball. Il fut le premier homme à faire le tour des bases en 14 secondes.

Un soir d'automne 1887, lui et cinq de ses camarades de base-ball s'assirent sur le bord d'un trottoir pour écouter un groupe missionnaire chanter et témoigner. Sunday fut touché par ces chants qui lui rappelaient son enfance : les chants de sa mère et l'église où il avait été. Il accepta de suivre le groupe pour visiter la mission. Interpellé, il y retourna plusieurs fois puis se convertit.

Billy raconte qu'il fut le seul de ces joueurs de base-ball à se lever, lors de l'appel à la conversion. Parmi ceux qui restèrent assis, l'un devint un célèbre joueur qui finit sa vie misérablement, au point qu'il n'avait même plus de quoi payer son enterrement. Un autre sombra dans l'alcoolisme. Et pourtant, ce soir d'automne, tous entendirent le même message, la même invitation.

Sunday s'engagea dans une église où il devint un membre actif. Il témoignait partout, si bien que tout fan de base-ball savait qu'il était chrétien. Il se maria en 1888, puis abandonna le base-ball pour travailler à plein temps pour l'Association Chrétienne de jeunes gens (YMCA).

De 1893 à 1895, il fut l'homme à tout faire de l'évangéliste John Wilbur Chapman. Ce dernier arrêta subitement l'évangélisation de masse et Sunday se retrouva sans travail ni argent. Il remit cette situation entre les mains du Seigneur et, peu de temps après, on l'invita par télégramme à venir prêcher à Garner (Iowa). A partir de ce moment, les invitations se suivirent.

Sunday n'était pas un grand orateur; il utilisait un vocabulaire simple, parfois argotique. On lui reprochait de passer de la prédication à la prière sans transition et vice-versa. Ses prières étaient dites comme s'il parlait à son directeur de chœur. Sa prédication était dynamique, voire athlétique. Cette approche non conventionnelle lui permit de toucher ses contemporains. Ses campagnes étaient très organisées; il tenait à ce que les églises s'impliquent. Le mois qui précédait la campagne était consacré à la prière dans les maisons. A Philadelphie, en 1914, cinq-mille réunions avaient lieu chaque soir, ce qui correspondait à plus de 100 000 personnes en prière.

Puis on bâtit une sorte de grange en bois pouvant contenir jusqu’à 25 000 places, avec toutes les mesures de sécurité nécessaires; les allées étaient recouvertes de sciure. Un comité d'organisation fut mis sur pied avec conseillers, huissiers, infirmières, etc. Lors de l'appel, Sunday demandait à ceux qui le désiraient de prendre le «sentier de sciure» et de venir lui serrer la main pour marquer publiquement leur décision pour Christ. Enfin, les gens remplissaient des cartes de décision. Sunday insistait pour que tous les nouveaux convertis s'engagent dans une église locale.

Lors de la célèbre campagne de Philadelphie, qui dura deux mois et demi, il y eut 41 724 cartes remplies et des responsables d'églises ont rapporté qu'il y eut deux à trois fois autant de décisions à l'extérieur du bâtiment. Sunday mourut en 1935. Son message était centré sur la conversion et un changement de mode de vie.

Compilation et mise en forme : APV
Date de parution sur www.apv.org : 16.12.13
Révision : 30.08.16

Types : 
Thèmes : 
Accès : 
Public