Mouvances du Saint-Esprit - partie 1

Collectif - 15.08.2016

Publication initiale de cet article sur notre premier site.

Historique (fin du XIXe siècle)

L’effusion du Saint-Esprit et la guérison divine tirent leurs racines du sol britannique

Bien que le Pentecôtisme ait commencé aux USA, ses bases théologiques furent posées durant les premiers mouvements britanniques (le mouvement de sainteté méthodiste, le mouvement apostolique catholique d’Edward Irving et le mouvement de Keswick Higher Life). Ces trois mouvements ont préparé le chemin à une effusion du Saint-Esprit aux USA et dans le reste du monde.

John Wesley parlait d’une expérience cruciale avec le Saint-Esprit

Peut-être que le plus important précurseur immédiat du Pentecôtisme fut le mouvement de sainteté qui vit le jour au cœur du méthodisme, durant le XVIIIe siècle. Les pentecôtistes ont hérité de John Wesley l’idée d’une «expérience cruciale» complémentaire au salut. Cette dernière était appelée la «sanctification complète», l’«amour parfait» ou la «pureté de cœur». Le collègue de John Wesley, John Fletcher, fut le premier à le qualifier de «baptême dans le Saint-Esprit».
Voir aussi : John Wesley.

Charles Fox Parham, l’homme-clé

Les premiers pentecôtistes, dans le sens moderne du terme, tirent leur origine de l’école biblique de Charles Fox Parham, à Topeka (Kansas, USA). Tous les historiens s’accordent sur le fait que ce mouvement débuta durant les premiers jours de 1901, au moment où le monde entrait dans le XXe siècle.

Le 1er janvier 1901, une jeune femme nommée Agnès Ozman reçut le baptême du Saint-Esprit dans cette petite école biblique, lorsque le jeune pasteur méthodiste Charles Fox Parham, enseignant du mouvement de sainteté, lui imposa les mains. A ce moment-là, elle vécut une glorieuse manifestation du don des langues. Charles Fox Parham raconte : «Je lui ai imposé les mains et j’ai prié. J’avais à peine fini de prononcer quelques phrases que la gloire de Dieu tomba sur elle. Un rayon lumineux semblait entourer sa tête et son visage. Instantanément, elle commença à parler en chinois… et ne put plus parler anglais pendant trois jours.» C'était le début du mouvement pentecôtiste.
Voir aussi : Charles Fox Parham.

Les Godseekers

Ceux qu'on a surnommés ainsi recherchèrent ardemment la présence de Dieu avec les manifestations du Saint-Esprit.

William Joseph Seymour

C’est en 1906 que le mouvement de Pentecôte prit une dimension internationale, lors du réveil d’Azusa Street, à Los Angeles (USA), dans l'église du mouvement de sainteté du pasteur noir William Joseph Seymour.

Ce dernier était un étudiant de Charles F. Parham à Houston (Texas, USA). Trois rencontres par jour avaient lieu, sept jours sur sept, et ceci pendant trois ans et demi. Des milliers de personnes en recherche spirituelle reçurent le baptême du Saint-Esprit avec la manifestation du parler en langues. Des dizaines de dénominations furent visitées par des serviteurs de passage au n° 312 d'Azusa Street. Un effet «boule de neige» se produisit dans tous les Etats-Unis et le reste du monde, par la publication d’un journal The Apostolic Faith (« La foi apostolique») envoyé gratuitement à plus de cinquante-mille exemplaires. L’Europe fut touchée par l’intermédiaire d’un pasteur méthodiste norvégien : Thomas Ball Barratt. La Norvège, l’Angleterre, la France, la Suède, l’Italie et l’Allemagne furent visitées par la manifestation des dons et par l’action du Saint-Esprit. 
Voir aussi : William Seymour.

John Graham Lake

En Afrique, l’œuvre de John Graham Lake fut grandement remarquée. Cet ancien businessman qui travaillait dans le domaine des assurances fut profondément touché par la guérison miraculeuse de son épouse, par l’intermédiaire d’un homme de vision, Alexander Dowie, qui fonda la bien connue Zion City, près de Chicago (USA). Après cette expérience, les Lake partirent pour l’Afrique du Sud (Johannesburg) où ils fondèrent des églises de grand impact, de même que jusqu’aux extrémités des terres slaves, en Ukraine, à Odessa. John Graham Lake fut très utilisé dans la guérison divine et mit en place des chambres de guérison dans lesquelles servaient des techniciens de la guérison.
Voir aussi : Etudes John G. Lake.

Compilation et mise en forme : APV
Date initiale de parution sur www.apv.org : 01.02.07
Révision : 24.08.16

Types : 
Thèmes : 
Accès : 
Public